Notre projet

 

EDITO

Madame, Monsieur,

J’ai décidé de répondre favorablement à la demande de mes amis communistes, et plus largement, en choisissant d’être candidat aux élections législatives de juin prochain sur la première circonscription de l’Allier. A mes côtés, Valérie Gouby, première adjointe au maire de Dompierre et conseillère départementale sur ce canton avec Alain Lognon, a, quant à elle, accepté d’être ma suppléante. C’est la première fois que je suis candidat à une élection nationale. Pendant 2 mandats, j’ai été maire de Saint-Menoux et j’ai également présidé le Conseil général de l’Allier de 2008 à 2015. Fort de cette expérience locale et départementale riche, je souhaite maintenant poursuivre l’action en étant un vrai relais vers le national, convaincu qu’il faut à l’Assemblée nationale des hommes et des femmes de terrain et de proximité, connaissant bien les problèmes auxquels nous sommes confrontés au quotidien et les défis que nous devons tous ensemble relever. Le premier tour de l’élection présidentielle vient une nouvelle fois de nous rappeler combien il est urgent de répondre au sentiment d’abandon exprimé par de nombreux citoyens, notamment dans le rural. Mais il vient aussi de nous montrer qu’il existe encore un formidable espoir d’une société plus humaine et plus juste que nous construirons dans le rassemblement. Notre société change. Dans cette France des grandes métropoles, les départements ruraux, longtemps déconsidérés, ont retrouvé une image positive auprès des français qui sont de plus en plus nombreux à imaginer un projet de vie dans nos territoires. C’est une chance pour nous car accueillir de nouveaux habitants est une nécessité pour faire face au défi démographique et accroître notre population. Mais pour cela, nous devons préparer l’avenir et porter une vision renouvelée de la place de nos départements ruraux dans la France de demain. Il faut en finir avec les mesurettes qui ressemblent plus à des signes d’assistanat qu’aux marqueurs significatifs d’une stratégie à laquelle nous devons prétendre pour mettre en place, avec les atouts qui sont les nôtres, un vrai projet pour nos territoires. Je vous propose donc de construire un projet de loi à partir de trois niveaux de réflexion auxquels vous serez associés :

• Celui de l’habitat et des services (logement, transition énergétique, urbanisme, santé, éducation, transports, …).

• Celui de l’économie et de l’emploi (numérique, infrastructures, agriculture, formation, nouvelle économie, …).

• Celui du vivre ensemble et de la citoyenneté (offre culturelle, vie associative, action citoyenne, …).

Ces thèmes transversaux doivent guider l’action de ces prochaines années. Ils doivent éclairer nos décisions pour que nos territoires soient des lieux de vie, d’épanouissement professionnel, d’échanges et de solidarités.


HABITAT ET SERVICES

La politique de l’habitat

La politique de l’habitat doit être conçue en lien avec nos parcours de vie car les besoins évoluent. Il faut penser les réponses en termes de parcours résidentiels notamment en fonction des âges, mais aussi de la mixité sociale et générationnelle.

DÉPUTÉ, JE PORTERAI LE TRIPLE DÉFI D’UN HABITAT ÉCONOME EN ÉNERGIE, ACCESSIBLE SOCIALEMENT ET SOURCE D’ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE LOCALE.

Le dynamisme des centres-bourgs est également un élément important du cadre de vie. Il s’agit d’offrir les services adaptés mais aussi de prendre en compte l’identité des villages en préservant les paysages, les lieux de vie et le patrimoine caractéristique.


Améliorer la vie dans les quartiers

• C’est “soigner” les logements.

• C’est développer les services.

• C’est faciliter les animations et l’intégration à la ville.

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE

L’Allier compte près de 200 000 logements dont plus de 80 % en résidences principales. La majeure partie date d’avant 1975. L’adaptation des logements aux besoins actuels est donc primordiale. Il est absolument nécessaire que soit engagé un grand plan de rénovation énergétique. L’État joue un rôle central dans ces domaines en aidant financièrement les ménages.

DÉPUTÉ, JE M’ENGAGE À PESER SUR LES DÉCISIONS POUR PLUS DE MOYENS FINANCIERS EN ASSOCIANT LES ACTEURS LOCAUX MAIS AUSSI LES HABITANTS, PREMIERS CONCERNÉS.

La loi NOTRe va obliger les intercommunalités à prendre la compétence eau et assainissement mettant en danger les syndicats. Pourquoi changer un système qui marche ? DÉPUTÉ, JE PROPOSERAI QUE CETTE COMPÉTENCE SOIT FACULTATIVE.


Services publics et de proximité

Accéder à des services publics et de proximité représente un enjeu majeur pour les habitants d’un département rural comme l’Allier.

Malheureusement, les choix politiques de ces vingt dernières années malmènent nos territoires : fermetures de classes, de bureaux de Poste, de trésoreries… Et pourtant, les services publics constituent une richesse commune et permettent à tous de répondre aux besoins du quotidien.

Il est temps de casser cette spirale qui complexifie nos vies. Nous devons mettre un coup d’arrêt à la diabolisation de la dépense publique en remettant en cause l’austérité budgétaire. Notre pays en a les capacités.

DÉPUTÉ, JE DÉFENDRAI UN PLAN DE RELANCE DES SERVICES PUBLICS.

Il faut aussi soutenir l’émergence de nouveaux services (aides à la personne, présence médicale, mobilités…) tout comme les communes qui souhaitent conserver des services de proximité y compris en accompagnant des initiatives privées (commerces…).


L’école, c’est notre avenir !

Malgré l’engagement de la communauté éducative, l’école est parfois en difficulté parce qu’elle n’occupe plus une place centrale dans notre société. Nous la remettrons au cœur de nos aspirations communes.

Il faut fonder une école de la réussite pour tous pour en finir avec l’école du “ mérite ” et de la sélection qui accroît les inégalités. Tous les enfants sont capables d’apprendre et de progresser.

Nous avons besoin d’un service public de l’éducation renforcé et amélioré pour permettre à chacun, quel que soit son origine sociale ou son lieu d’habitation, d’accéder à des apprentissages de qualité, à une formation débouchant sur des qualifications reconnues.

DÉPUTÉ, J’OEUVRERAI NOTAMMENT POUR :

Des effectifs adaptés dans les classes permettant des apprentissages de qualité et la prise en compte des spécificités rurales.

Un plan de recrutement d’enseignants avec une formation pédagogique renforcée et des conditions de travail attractives afin que ce métier redevienne une vocation.

Une véritable action dans les Zones d’Éducation Prioritaire avec des moyens conséquents pour que chaque élève redevienne un enfant de la République.


Mobilités

Nos besoins en déplacements sont toujours plus importants que ce soit dans ou en dehors de notre bassin de vie. Les réponses doivent s’adapter à nos modes de vie. Il faut donc faciliter nos déplacements quotidiens et l’accessibilité de notre territoire.

Les réponses passeront par l’amélioration des transports publics, du train mais aussi en favorisant les modes innovants basés sur un meilleur usage des véhicules circulant tous les jours.

DÉPUTÉ, JE M’ENGAGE À PROMOUVOIR LE DÉVELOPPEMENT DE L’AUTOPARTAGE, DU COVOITURAGE, OU ENCORE DE L’ÉLECTRO-MOBILITÉ EN SOUTENANT LES INITIATIVES DES ACTEURS LOCAUX ET DES HABITANTS.


La santé : un bien précieux

La réponse aux besoins de santé est malmenée. La logique comptable étrangle l’hôpital, les délais s’allongent pour avoir des rendez-vous médicaux ou des places en maison de retraite, les personnels s’épuisent au travail au détriment des personnes accueillies, par manque de moyens humains.

Nous ne pouvons accepter qu’une médecine à deux vitesses s’installe en France, il est urgent d’enrayer cette spirale. La puissance publique doit garantir les moyens budgétaires nécessaires à la pérennité des missions, à l’amélioration de la qualité du service public et des conditions de travail des personnels.

DÉPUTÉ, JE DÉFENDRAI LA NÉCESSITÉ :

• D’allouer immédiatement de nouveaux moyens matériels et en personnel à l’hôpital dans le cadre d’une vaste réforme des modes de financement du système de soins.

• De développer les maisons de santé de proximité.

• De créer un pôle public du médicament.

DÉPUTÉ, JE TRAVAILLERAI À L’ÉLABORATION D’UN PLAN DE DÉFENSE ET DE DÉVELOPPEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE QUI INCLURAIT :

• Une modulation du niveau de cotisations sociales patronales en fonction du développement de l’emploi, de la qualification et des salaires.

• Des prélèvements sociaux à tous les revenus financiers au même niveau de cotisations que les salaires.

• Un remboursement intégral de tous les soins.

• La création d’un service public de l’autonomie pour les personnes âgées.

SPORT

Le sport est important pour la santé ! De nombreux clubs associatifs offrent une diversité d’activités. DÉPUTÉ, JE FAVORISERAI ET SOUTIENDRAI LA PRATIQUE DU SPORT.


ECONOMIE ET EMPLOI

Accessibilité

RCEA ET RN7 : valoriser la centralité de Moulins et favoriser le développement économique.

Mon engagement en tant que Président du Conseil général dans la décision de la mise à 2×2 voies de la RCEA a été déterminant pour le lancement de ce projet.

La modernisation de la RN 7 dans la traversée de l’Allier avec notamment les contournements de Varennes-sur-Allier, ceux de Villeneuve et de Bessay doit être poursuivie sans interruption. Sans oublier Billy pour lequel j’ai engagé le Département dans le montage financier du dossier.

DÉPUTÉ, JE M’ENGAGE À FAIRE RESPECTER LES ENGAGEMENTS DE L’ETAT. JE DÉFENDRAI LE RETOUR SOUS CONTRÔLE PUBLIC DES AUTOROUTES POUR INVESTIR LES BÉNÉFICES DANS LE DÉVELOPPEMENT DE NOUVELLES INFRASTRUCTURES ET L’ENTRETIEN DU RÉSEAU GRATUIT.


Pour un grand service public de l’énergie

Nous considérons en effet que la France doit renforcer ses leviers stratégiques pour répondre aux besoins des particuliers et des entreprises, pour éradiquer la précarité́ énergétique et instaurer un véritable droit à l’énergie, pour répondre aux enjeux environnementaux et de sécurité. Elle doit définir une véritable politique énergétique pour les décennies à venir, en accentuant de manière urgente l’effort de recherche dans toutes les directions, pour se donner les moyens de lutter efficacement contre le réchauffement climatique.

DÉPUTÉ, JE CRÉERAI LES CONDITIONS D’UN VRAI DÉBAT DÉMOCRATIQUE AUTOUR DE L’ENJEU DE LA SORTIE DU NUCLÉAIRE.

UN 2e PONT POUR MOULINS

Certains affirment, à juste raison, que le projet d’un 2e pont sur l’Allier à Moulins refleurit à chaque élection. Au-delà des annonces d’opportunité qu’il peut susciter, ce projet est absolument nécessaire pour d’une part, sécuriser Moulins exposée à la fragilité d’une seule entrée et sortie et d’autre part, permettre le développement de l’ouest de la ville et plus largement de l’ensemble des communes du secteur.

A la tête du Département, j’ai largement contribué à faire avancer ce dossier en engageant le Conseil général dans les études préalables nécessaires à la réalisation d’un tel projet. Aujourd’hui, la majorité départementale traîne des pieds et bloque l’avancée de cette réalisation.

DÉPUTÉ, JE CONTINUERAI À M’INVESTIR POUR QUE CE PROJET ESSENTIEL VOIT ENFIN LE JOUR.


Soutien au développement

L’activité économique est un outil d’aménagement du territoire. Là où se développe une activité, la vie s’installe, se structure autour des besoins élémentaires d’une population qui doit se nourrir, se soigner, s’éduquer, accéder à la culture, créant à son tour de l’économie….

Quand la puissance publique (nos impôts) intervient dans le processus économique en accompagnant le développement d’une entreprise, elle influence directement l’aménagement du territoire favorisant ou non la création d’une nouvelle activité, le développement d’une autre déjà existante, ou encore la transmission d’un fonds commercial ou artisanal.

Les politiques publiques décidées ne sont donc pas anodines et doivent servir le développement d’un territoire.

Le CICE (Crédit Impôt Compétitivité Emploi) mis en place sans contrepartie sous le dernier quinquennat a coûté plusieurs dizaines de milliards d’€ pour créer, selon les experts, peu d’emplois. Une partie de cette somme est allée directement dans la poche des grands actionnaires.

DÉPUTÉ, JE SERAI FAVORABLE AU SOUTIEN DE L’ÉCONOMIE MAIS À CONDITION QUE L’ON AIDE LÀ OÙ C’EST NÉCESSAIRE, LÀ OÙ LE DÉVELOPPEMENT DE L’EMPLOI EST PLUS DIFFICILE ET EN FONCTION DE CRITÈRES OBJECTIFS.

Il est temps d’arrêter d’arroser là où c’est déjà mouillé !


Les jeunes, une priorité

● Pérennisation et développement des emplois d’avenir pour tous les domaines d’activités.

● Prise en compte de la qualification dans les salaires des jeunes.

● Revenu d’autonomie aux jeunes.

● Gratuité réelle à toutes les formations (fin des frais d’inscription et gratuité du matériel).

● Développement de filières nouvelles.

● Création d’un dispositif favorisant la découverte d’un pays étranger pour les moins de 25 ans.

DÉPUTÉ, J’AGIRAI POUR QUE CHAQUE JEUNE PUISSE VIVRE, ÉTUDIER, TRAVAILLER, SE SOIGNER ET SE DISTRAIRE.

Sous ma présidence au Département plus de 10 000 jeunes ont bénéficié d’une aide au permis de conduire.


L’agriculture

L’agriculture française par ses spécificités et sa diversité est un atout pour nos campagnes. Mais pour sortir des crises successives que rencontre la profession, de nouvelles orientations sont indispensables.

DÉPUTÉ, JE TRAVAILLERAI POUR :

● Repenser et faciliter l’installation des jeunes agriculteurs.

● Mettre en place des prêts de carrière remboursés sur 20 ou 25 ans contre 12 actuellement.

● Interdire la vente des droits à prime.

● Fixer des prix plancher pour toutes les productions.

● Soutenir l’agriculture raisonnée et sous signes de qualité (labels, agriculture bio…).

● Favoriser les circuits courts notamment dans la restauration collective.

● Mettre en application la loi votée sur le montant des retraites qui ne pourra être inférieur à 85 % du SMIC.

● Renforcer l’accompagnement dans les zones défavorisées.

● Réformer la PAC (Politique Agricole Commune).


Le numérique, une chance pour notre territoire

On ne peut pas imaginer un territoire attractif sans le numérique. C’est une chance pour notre territoire où activité professionnelle et qualité de vie peuvent cohabiter.

De nouveaux métiers vont émerger, cette nouvelle économie du numérique va se développer de façon exponentielle.

L’accès au très haut débit est engagé depuis 3 ans grâce à l’action conjuguée de la Région et du Département. Mais c’est trop lent !

DÉPUTÉ, JE RELAIERAI CE DOSSIER. LE TRÈS HAUT DÉBIT, ÇA DOIT ÊTRE PARTOUT !


Réformer la fiscalité

L’impôt, si décrié par les libéraux, est pourtant le garant de l’action publique et de la justice sociale. Sans impôts, pas d’infrastructures, de services publics, d’aides aux entreprises… Y contribuer est un acte citoyen, mais chacun doit participer au bien commun selon ses moyens. Pour cela, il faut développer l’impôt progressif sur le revenu, baisser l’imposition indirecte comme la TVA, un impôt injuste, car il pèse plus lourd sur les plus faibles. Il faut aussi stopper l’évasion fiscale qui plombe le budget de l’État.

DÉPUTÉ, JE PROPOSERAI :

● La création de tranches supplémentaires de l’impôt sur le revenu pour les gros salaires.

● La limitation des niches fiscales.

● La taxation des revenus financiers.

● L’harmonisation fiscale européenne.

● La baisse de la TVA.

● Une réforme de la fiscalité locale.

POUR UN REVENU DIGNE ET POUR LES DROITS DES SALARIÉS

Notre pays n’a jamais été aussi riche, mais cette richesse est mal répartie et la précarité augmente.

Dans l’Allier, près de 15% des habitants vivent sous le seuil de pauvreté, soit avec moins de 977 € par mois, et le taux de chômage est supérieur au niveau national.

De la TVA injuste qui pèse plus lourd sur le budget d’un ménage au faible revenu, aux salaires qui ne connaissent pas d’augmentation depuis des années, en passant par la multiplication des emplois précaires, les politiques néolibérales se révèlent inefficaces socialement et économiquement. Il faut améliorer le pouvoir d’achat et développer les droits des salariés.

DÉPUTÉ, JE LUTTERAI POUR :

● Une juste répartition des richesses : hausse des salaires et des pensions.

● Un code du travail qui garantisse des droits protecteurs.

● Refaire du CDI la norme, sécuriser les parcours professionnels.

● Renforcer la sécurité sociale pour un véritable droit aux soins.

● Réformer le RSI (Régime Social des Indépendants)


VIVRE ENSEMBLE ET CITOYENNETE

Démocratie : le choix de l’intelligence collective

Seul, la réflexion est plus pauvre. C’est un fait, même pour un député ! Pour faire des choix, c’est-à-dire voter de lois, mieux vaut ne pas restreindre ses idées aux seules règles d’un camp ou d’un Président. C’est pourquoi, la démocratie ne doit pas se résumer au droit de vote. Avec moi, vous aurez un droit de cité tout au long de mon mandat législatif car je mettrai en place des cercles de réflexion et de relais dans lesquels nous :

Travaillerons des propositions de lois et des amendements.

Étudierons l’actualité législative.

Déciderons de l’utilisation de la réserve parlementaire.

Agirons pour soutenir des projets locaux.

CE MANDAT VOUS APPARTIENT. ENSEMBLE, NOUS LUI DONNERONS PLUS DE FORCE.

OBSERVATOIRE DÉPARTEMENTAL DES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

Dès 2013, j’ai soutenu la création de cet observatoire, le 2e en France porté par un Département. Car il est nécessaire de bien connaître pour agir, ce lieu permet de mobiliser l’ensemble des partenariats (santé, justice, éducation, action sociale…) qui travaillent dans le même sens pour lutter contre ce fléau.

Culture

L’offre culturelle est un élément d’attractivité, très souvent pris en compte dans le choix de vivre sur un territoire. Nous avons la chance d’avoir une offre d’une très grande richesse qui s’appuie sur un réseau d’artistes mais aussi sur un patrimoine naturel et architectural remarquable. Il y a là un potentiel de développement économique encore sous-estimé.

L’économie du patrimoine, du tourisme et de la culture sont des leviers insuffisamment reconnus. Nous devons en être conscients !

Le milieu associatif est souvent à l’initiative et à l’animation de projets qui rythment nos saisons de festivals, de concerts, de randonnées, de visites, d’activités sportives…

DÉPUTÉ, J’IMPULSERAI UNE LOI PROTECTRICE ET DE RECONNAISSANCE DU BÉNÉVOLAT TOUT EN VEILLANT À CE QUE LES BUDGETS CULTURELS NE SOIENT PAS LA VARIABLE D’AJUSTEMENT.


Handicap

Faire avancer les droits des personnes en situation de handicap, c’est faire avancer les droits de chacun.

DÉPUTÉ, JE M’ENGAGE À AGIR POUR UNE SOCIÉTÉ OUVERTE À TOUS.

Une société qui permette l’inclusion des personnes en situation de handicap dans tous les domaines, emploi, éducation, revenu d’existence… et tous les actes de la vie, transport, accessibilité des équipements.


Sécurité

Face à la nécessaire prise en compte des questions de sécurité, nous devons :

• Renforcer les moyens matériels et humains de la police et de la gendarmerie.

• Maintenir une justice de proximité.

• Privilégier la prévention et l’accompagnement social.


A l’offensive pour changer l’Europe !

• Initiative de la France d’un sommet européen pour une révision complète de la politique économique et monétaire contenue dans les traités.

• Création d’un fonds européen de développement solidaire et écologique chargé de financer un plan d’investissement prioritairement alloué aux services publics, à la reconstruction productive durable et la formation des jeunes.

• Organisation d’une “ Cop fiscale ” visant à lutter contre l’évasion et la fraude fiscale.

Préserver de la concurrence les secteurs correspondant aux besoins humains élémentaires (logement, santé, transports, protection des écosystèmes).

Respect des engagements pour les “relocalisations” des réfugiés et un plan européen d’accueil digne, humain et efficace.

Harmonisation des politiques sociales, environnementales et fiscales.

• Tenue d’une conférence européenne pour la paix et le désarmement.

PAIX

Il est grand temps de promouvoir la culture de la paix pour en finir avec le chaos mondial et faire reculer les logiques de guerre, de domination, d’exploitation et de mise en concurrence des peuples.


UNE LOI D’ORIENTATION ET DE PROGRAMMATION POUR LES TERRITOIRES RURAUX, LES PETITES ET MOYENNES VILLES

Pour projeter nos territoires dans la France de demain et permettre un équilibre avec les métropoles afin d’offrir un choix de vie différent à celles et ceux qui le souhaitent, il faut organiser le développement de la ruralité, des petites et moyennes villes et de leurs agglomérations.

Les questions de l’économie, de l’habitat et du logement, des services nécessaires aux populations, de la relation avec les autres, de la transition écologique ne peuvent pas faire l’objet de réflexions isolées.

Toutes ces questions doivent être rassemblées dans une loi d’orientation et de programmation pour planifier un grand projet en direction de nos territoires.


La méthode : un élément clé du projet

Assez classiquement le député rend compte de son activité à postériori, ce qui est déjà bien, tous ne le font pas !

DÉPUTÉ, JE RÉUNIRAI TRÈS RÉGULIÈREMENT DES GROUPES DE RÉFLEXION POUR TRAVAILLER EN AMONT ET PRÉPARER DES ÉLÉMENTS D’INTERVENTION UTILES AU DÉBAT AFIN DE RELAYER LA VOIX DES TERRITOIRES.

Bref, inverser la méthode !

IMAGINER LES TERRITOIRES DE DEMAIN

Dans les grandes métropoles, des cabinets spécialisés travaillent en permanence pour imaginer la ville de demain. De l’éco-quartier au quartier d’affaires en passant par les zones commerciales ou résidentielles, les grands équipements culturels ou sportifs, tout est planifié pour prendre en compte l’évolution de notre société.

Dans les territoires ruraux, cette démarche n’existe pas ou très peu. Il est donc impératif de se doter d’une ingénierie prospective à l’échelle des départements pour dégager une vision de ce que seront les territoires ruraux et leur place dans l’organisation territoriale de la France pour les deux ou trois décennies à venir.

DÉPUTÉ, JE DÉFENDRAI CETTE VISION D’UNE FRANCE ÉQUILIBRÉE, SOUCIEUSE DU PROJET DE VIE DE CHACUN ET NON CELLE D’UNE FRANCE QUI METTRAIT SES TERRITOIRES EN CONCURRENCE ENTRAÎNANT LE DÉSERT POUR LES ZONES LES PLUS FRAGILES.


Ce qu’ils nous ont dit…

Au cours des 3 derniers mois, nous nous sommes rendus dans toutes les communes de la circonscription. Un moment unique de rencontres avec les élus où j’ai pu expliquer l’idée d’une loi d’orientation et de programmation pour les territoires ruraux et les petites et moyennes villes au cours desquelles de nombreux sujets ont été abordés dont :

• La complexité des dossiers d’urbanisme et les difficultés à les faire aboutir qui freinent l’installation de nouvelles populations.

• La question de la téléphonie mobile et celle de l’accès au très haut débit.

• La question de la baisse des dotations et ses conséquences.

• Le devenir de l’échelon communal et notamment des petites communes.

• La nécessité de maintenir les services publics, prioritairement l’école.

120 propositions de lois et résolutions du groupe Communiste, Républicain et Citoyen (CRC), présidé par André Chassaigne, sur la dernière législature.

Publicités