Faut Qu’on se parle, ou comment animer concrètement notre démocratie.

le

claire bolducClaire Bolduc a été la présidente de l’association québécoise « Solidarité Rurale », récemment, elle a participé avec notamment Gabriel Nadeau-Dubois, ancien leader étudiant, à une tournée nationale pour rencontrer les hommes et les femmes du Québec.

Claire avait eu l’occasion de travailler avec Jean-Paul par le passé sur le thème des ruralités. Elle est venue partager son expérience lors d’une réunion publique que nous avons organisé à Bressolles en présence de plus de 150 personnes. Elle nous livre ici son témoignage, de quoi nous inspirer pour l’avenir ! Nous la remercions. 

Retrouvez plus d’infos sur « Faut qu’on se parle » ICI.

L’exercice politique non partisan Faut qu’on se parle est issu de constats sur le fait que les citoyens et citoyennes du Québec cherchent à s’exprimer sur le plan politique, en dehors de la partisannerie qu’impose les partis politiques. Nous étions neuf à réfléchir, à initier  le mouvement, mais nous voulions entendre…

Ce souhait d’expression se traduit haut et fort quand on est contre une idée ou qu’on souhaite contester une décision, (par exemple contre le passage de Pipeline) mais le Collectif voulait offrir une tribune, un lieu de débats pour réfléchir, proposer et exprimer ce que l’on souhaite pour l’avenir des collectivités, des territoires et de nos institutions, de manière positive et proactive.

En somme, l’invitation lancée disait clairement: « Quand on laisse à d’autres le soin de prendre les décisions qui nous concernent, celles-ci sont souvent prises sans que nos intérêts soient entendus et il arrive alors trop  fréquemment que ces décisions ne nous conviennent pas. Alors exprimez-vous…. Mêlez-vous de vos affaires!! »

Le pari était de taille mais la soif de parole de nos concitoyens et concitoyennes aura surpris tout le monde. Choisir de s’exprimer sur le plan politique, c’est ce qu’ont fait les québécois et québécoises de partout, (près de 20, 000 personnes) à travers 10 grandes assemblées publiques et 174 assemblées de cuisine (plus de 300 demandes), alimentant des discussions qui ont mené à près de 7000 propositions. À travers ce dialogue impressionnant, nous avons pu constater que les mêmes préoccupations sont largement partagées partout au Québec, que nous soyons en ville ou en milieu rural, que nous soyons jeunes ou aînés, que nous soyons ouvriers ou professionnels, etc…. ET les propositions mises de l’avant ont le grand avantage de s’arrimer concrètement aux réalités des uns et des autres.

Ainsi, l’Éducation sous toutes ses formes et à tous les niveaux s’est avéré le grand sujet qui a rejoint unanimement tout le monde, les gens étant pleinement conscients que c’est en construisant les citoyens et citoyennes de demain qu’on édifie durablement une société. La Démocratie était aussi au coeur des discussions et certaines propositions, simples, pourraient constituer des clés pour améliorer la transparence de certains processus ou la participation des citoyens, par exemple, d’ouvrir la discussion sur l’utilisation de certains budgets ou encore la possibilité de révoquer les élus qui se sont montrés indignes de leur fonction. Également, les participants et participantes ont souhaités que soit mise en place une Politique industrielle verte et circulaire, misant sur l’entreprenariat local et l’économie sociale et solidaire. Enfin, une des belles réflexions de cet exercice porte sur une des mesures concrètes pour faciliter la vie des famille, du plus jeune âge aux aînés, en réfléchissant l’aménagement des villes et des quartiers en fonction des besoins des personnes ou en veillant à favoriser la réduction de l’endettement personnel.

Au final, ce que nous ont dit toutes ces personnes entendues durant les trois mois de tournée se résume à cette phrase: Ne Renonçons à rien! Et en tout premier lieu, ne renonçons pas à ce que nous sommes et à ce qui fait la qualité de nos milieux de vie. Et pour ce faire, continuons de nous mêler de nos affaires!

Si j’ai tenu à partager cette expérience d’écouter parler le coeur des gens dans le cadre de la campagne de Jean-Paul Dufrègne, c’est qu’après l’avoir vu à l’oeuvre depuis quelques
années, j’ai constaté que ce dernier sait démontrer une grande écoute à l’endroit des
personnes et des communautés de son département avec un grand respect,  il sait faire preuve d’une réelle sensibilité aux réalités et aux enjeux des différents milieux et il est ouvert aux débats comme aux idées nouvelles, qui permettent d’améliorer la qualité de vie de tous. Mais plus encore, par ses attitudes, il sait inspirer  lui-même le respect
et agit donc avec un réel leadership, fort et sage, un lesdership rassembleur.  Les
citoyens et citoyennes de l’Allier, tout comme les communautés doivent pouvoir compter sur des personnes de sa trempe !

Bon succès à Jean-Paul Dufrègne !!

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s